Artiste : Rathor

Biographie de l'artiste :

Le courroux de Dieu

Furieux mais déterminé à éradiquer
Du cosmos injustices et calamités,
Dieu saisit à la gorge le monstre Rathor,
Du meurtre et du mensonge le mentor.
Hélas, en cisaillant ses tripes gorgées de mal,
Sept ADN porteurs des tares de l’animal
Se faufilèrent subrepticement sous ses ongles.
Vaincu par l’effort, Dieu dégrafa les sangles
De son sac à dos et s’endormit le lundi.
S’éveillant le jeudi, il sculpta l’effigie
De celui qu’il allait baptiser le « ratd’homme ».
Satisfait de son œuvre, il reprit son somme.
C’est en appliquant trop tard la touche finale,
Un vernis protecteur sur l’orifice anal,
Que les germes nocifs de Rathor se mélangèrent
Au prototype de Ratd’adam-le-père.
Depuis, sur un astre aux confins des galaxies,
Une souche au seuil de la sauvagerie
Échoue à s’affranchir de la férocité
Qui à la naissance lui fut attribuée
Pour tenir à distance ses prédateurs.
Suite à la croissance ultérieure
De son lobe pariétal comme de son lobe frontal
Qui s’emballèrent de manière phénoménale,
6
Le ratd’homme met désormais toute sa vaillance
À aiguillonner l’expiation et la souffrance.
Son intellect supposé très développé
Se plie au service de son agressivité.
Torture, sadisme, flagellation, crucifixion
Fleurissent sans frein dans son imagination.
Il expérimente de rocambolesques supplices
Qu’il s’ingénie à farcir d’haïssables sévices,
Épreuves de la roue, écartèlement,
Cordelettes étrangleuses, plaies au piment.
Il inflige à ses frères de sang d’ignobles terreurs
Comme aux autres espèces qu’il qualifie d’inférieures
Pour mieux se justifier, s’absoudre. Proxénète,
Cette entité a pris pied sur une planète
Qui est la merveille des multivers,
Rare joyau au ciel bleu, aux arbres verts,
Piqueté de charme, subtil diadème mordoré.
Cet empyrée est sur le point d’étouffer
Sous les couches successives en liquéfaction
De cette carne cornée en intrépide expansion.
Elle se complaît à se reproduire à tout âge
Et par profit, à tout occire sur son passage.
Las ! Elle ne peut se résoudre à clore l’aventure,
D’aller moins loin dans la forfaiture.
Pourquoi ? Parce qu’elle craint la mort,
Qu’elle s’interroge sur la résurrection des corps.
Est-ce vérité, farce ou mirage ?
Un seul credo dicte sur Paravent, son passage :
« Tant qu’on est vivant, faut en PROFITER,
Tant pis pour ceux qui viennent après ! »

Mail : Lui écrire

Nombres d'œuvres :

  • Peintures : 4
  • Photos : 35
  • Sculptures: 0
  • Dessins : 1
  • Autres : 5
  • Nombre Total d'œuvres : 45