Vue de ta fenêtre

Vue de ta fenêtre

Acrylique 55*45 avril2021.Pour ma mère qui est enfermée dans sa chambre en maison de retraite , qu' on empêche de sortir, confinée alors qu' elle est vaccinée.

6 coups de cœur |

3 coups de technique

Artiste : GHYVES | Voir ses œuvres | peinture | Visite : 75

"Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'artiste est interdite"

Commentaires

GHYVES

J' ai écrit ce poème et j' ai peint ce tableau pour qu' elle s' échappe des conditions inhumaines prises par une administration hospitalière trop stricte vis à vis de résidents à 96% vaccinés. Un vent chaud souffle sur les voiles aveuglants Une fenêtre s’ouvre pour défier le temps. Prends alors ton envol au-dessus des montagnes Joue avec les moutons blancs qui les accompagnent. Suis le ruisseau puissant qui perce les rochers Plonge dans la cascade en jets francs libérés, Bringuebalée ensuite gaiement sur les pentes Dévalant et roulant les pierres, la peur absente. Renforcée mais calmée parmi les pâturages, Tu arrives parfois tumultueuse, parfois sage, Bercée ou réveillée par les chants des eaux vives. Écoute-les bruiter la bourgade captive Entends les cloches sonner, rythmer le torrent Oublie les heures d’offices commémorant Pour celles de la musique fêtant le vivant, De la nature frémie sous le vent brûlant. Erre dans les rues du village ensoleillé, Compagne des chiens et chats, à l’ombre couchés. Sois empreinte par calme et repos abbatiaux, Profite sereinement de ces jours nouveaux. En dehors du village, un chemin qui s’élève Est porteur d’inconnus, d’insolites et de rêves. Après une halte à l’arbre des souvenirs, Enivre-toi de ces mirifiques essences Que les pins majestueux transfusent leur sève Pour que l’inimaginable en toi se soulève. Etre la terre et le ciel, le soleil et l’eau, Fuir les froideurs, chérir la chaleur sur ta peau. A ta portée s’ouvrent des fleurs impérissables Floraison aux senteurs et couleurs immuables. La fenêtre est ouverte et t’invite à voler Vite avant qu’un oiseau blanc ne vienne te chercher.

Pastelimaux

Une très belle et douce attention pour votre mère qui ainsi aura sa petite bouffée d'air (malheureusement virtuelle) par ce Magnifique tableau et votre poème, Bravo ! ^_^ ... Et Courage à votre pauvre maman (et à toutes les personnes dans son cas) victimes de cette didacture soit-disant sanitaire.

styloyne2

c'est incroyable et inadmissible ce que vous dites !! j'espère pour votre mère et pour vous qu'ils finissent par réfléchir un peu à ce qui font subir tous ces gens c'est inhumain ce qui se passe ! votre superbe peinture est lumineuse qui lui fera plaisir et votre poème très beau ! courage à vous deux ! c'est vrai je rejoins Pastelimaux , une vraie dictature sanitaire !

Arphano

Superbe !

watrin91

Je suis désolé pour ta mère et j'espère que ça va s'arranger et que ta toile va la réconforter ... En tout cas je te félicite pour ton œuvre et ton poème !!!. Bon courage ..

GHYVES

Merci à tous.

Ajouter un commentaire