Les chaînes du sang

Les chaînes du sang

Acrylique 50*50 Nov 2019.Inspiré par le mémorial de Zanzibar sur l' esclavage et la photo de Jésus Mérida sur le sauvetage de migrants à Malaga

6 coups de cœur |

3 coups de technique

Artiste : GHYVES | Voir ses œuvres | peinture | Visite : 133

"Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'artiste est interdite"

Commentaires

GHYVES

Mon frère débarque au port Le regard dans le vide Secoué par les morts D’une mer trop avide. Ne coulent plus ses larmes Séchées par les déserts. Il a perdu ses armes A force de misères. Couvert et réchauffé, Immobile et hagard, Ose t-il espérer Du jour après le soir? Et les songes le rongent Une famille en pleurs Une guerre à rallonge Victime d’oppresseurs. Affaibli par les vols Les milices armées Les tortures et les viols La faim dans le foyer. L’espoir du départ Avec halte en prison Pour un bateau mouroir Et perte de raison. Les chaînes, celles du sang Résistent aux années. Ont la force d’antan Sur mon frère violenté. Un destin de voyages Sur terre ou au-delà Toujours en esclavage Toujours comme un paria. Toujours pas libéré, Ses heures sont incertaines. Ne sont jamais rouillés Les maillons de la haine. Mon frère n’a pas de route, Il n’a comme horizon Que des points de doute En pleine divagation. Éloigné du pays, Il s' en va s' échouer , Au risque de sa vie Pour être rejeté. Ses prisons sont mondiales Et il s’en va errer Comme dans un bocal Avant d’être pêché. Son corps valait peu d’or Mais il ne vaut plus rien Pas plus vivant que mort Homme du mal sans biens. Tinte toujours le temps De ces chaînes du sang Via terre et océan Au gré des vents constants.

jilas

Très beau il y a de la dignité malgré leur désespoir bravo pour le. Tableau et le message A +

styloyne2

une peinture très forte ! par les couleurs et la composition ! bravo ! Christine Angot avait le culot de dire que les esclaves noirs n'avaient pas subi de traumatisme aussi fort qu'une certaine communauté dont je tairais le nom ( censure oblige) ..c'est vrai qu'ils ont le monopole de la souffrance eux.. et pas que ça d'ailleurs..

abdelkrim hamri

Poignant ! L'œuvre ainsi que le récit , c'est aussi un vibrant hommage à toutes et tous ceux qui prennent de gros risques en allant chercher un eldorado rêvé en traversant les mers agitées ,au risque de périr,mais comme vous l'avez si bien dit : leur corps valent peu d'or ! Ils ne valent plus vivants que morts!! Merci pour ce grand hommage et bravo pour tout ce que vous réalisez.

Danyma

Très poignant !

ARIBAMBEL

Le silence serait un affront à leur souffrance, bravo de mettre en lumière ce sujet poignant d'une si belle façon, il faut agir et aller vers eux, au lieu de se retrancher derrière les lois lâches de la prudence, et les frontières de peur, affichées comme un droit. Le beau texte qui vient illustrer cette toile est aussi fort que ce tableau émouvant et nous encourage tous à la solidarité pour la survie et la dignité des peuples migrants, un peu plus d'humanité nous ferait tant de bien, à tous ! bravo à vous GHYVES pour cet hommage ! Amitiés

aminou

Bonjour, voilà un portrait douloureux et sensible à voir, ça c'est l'enfer de ces frères et soeurs en détresse totale, ne sachant pas à un sauveur qui les délivrerait par miracle, à part qu'ils n'ont pas le choix que de baisser les bras, sans résister, bravo infiniment l'artiste, et de passage, belle galerie.

GHYVES

Merci pour votre soutien.

Ajouter un commentaire